REP : Léko signe son retour sur l'échiquier

Le 04/06/2020 à 13:42  

Agréé par l’Etat pour participer à la gestion des emballages ménagers, Léko est de retour : il s’est doté d’un nouveau conseil d’administration, composé d’entreprises engagées et décidées à donner un nouveau souffle à cette filière. L’ambition de la structure reste la même : offrir une alternative au monopole historique d'Eco-emballages devenu Citéo, en apportant « l’émulation permise par le pluralisme ». La structure entend clairement mettre en œuvre une approche opérationnelle innovante visant à faire évoluer la relation de l’éco-organisme avec les metteurs en marchés de produits emballés, mais aussi avec les acteurs de la filière.

Se déclarant pleinement engagé dans l’économie circulaire, Léko souhaite assurer « sa part de la mission d’intérêt général de prévention et de gestion des emballages ménagers en France ». En capitalisant « sur les acquis de ces dernières années et en accompagnant les nouvelles dispositions de la loi de 2020 (anti-gaspillage pour une économie circulaire), ce nouvel éco-organisme est convaincu qu'il saura « contribuer de façon efficace et opérationnelle pour que soient atteints les objectifs ambitieux fixés par l'Etat ». Doté d'un nouveau conseil d'administration, composé majoritairement d’entreprises metteurs sur le marché français de produits emballés et d’experts des filières de REP en France comme à l’international (à savoir LivingPackets, Lexmark,Valorie, Olover, Club-Mate, Recommerce, Printerre, Reclay Group, et CFSP), il entend moderniser la filière des emballages ménagers en France.

Réduire la quantité d’emballages mis en marché serait un objectif réaliste 
« Avec pour ambition de participer à atteindre enfin  l’objectif de 75% de taux de recyclage d’ici 2022, à développer une filière industrielle de recyclage performante et à faciliter le geste de tri, nous proposons aussi de contribuer à transformer les habitudes de consommation des Français et à sortir du tout-jetable en limitant la production d’emballages ».

Et de relever, souligner, insister sur un point jugé fondamental : « souvent oubliée, la mission première d’un éco-organisme réside dans sa capacité à prévenir et à agir en amont pour limiter l’impact sur l’environnement des produits et de la filière dont il a la responsabilité ». C'est la raison pour laquelle les nouveaux administrateurs de Léko souhaitent placer « le réemploi des emballages au cœur de leur propre activité ».
Pour abonder en ce sens, on cite en exemple, la start up franaçaise Livingpackets qui repense le colis avec une « boîte intelligente » réutilisable, mettant un terme à l’usage unique et au gaspillage des emballages dans le secteur du e-commerce notamment.
Mais également Club-Mate : cette entreprise distribue ses boissons énergisantes naturelles dans des bouteilles en verre consignées, tout en participant à la relance de la consigne pour réemploi en France.

«  Pour nous, l’emballage est bien plus qu’un moyen de protéger ou distribuer des produits, il peut être réemployé pour faciliter le retour d’objets ou d’équipements pour leur donner une seconde vie  » indique Laurent Berthuel : «  notre expérience de création d’emplois locaux en insertion pourra ainsi être mise au service du développement de réseaux de consigne en régions. Pas seulement bénéfique pour l’environnement, le développement d’activités de réemploi d’emballages pourra aussi avoir un impact social positif  »

Lexmark et Recommerce, spécialistes sur leurs marchés et adeptes du développement de l’économie circulaire ou encore Olover, l’appli shopping engagée qui offre une seconde chance aux produits high-tech invendus, finissent de composer les metteurs en marché qui forment majoritairement la gouvernance de Léko.

Garantir une équitable concurrence
Le CA de léko affirme « sa différence grâce aux experts des filières de la REP en France comme à l’international » avec le groupe Reclay, sa filiale Valorie et le cabinet indépendant CFSP.
«  L’ouverture internationale est à l’origine de la création de Léko par Valorie  », commente Patrick Bariol directeur du développement de l'entité : « nous souhaitons à la fois aider les entreprises françaises au-delà de nos frontières mais aussi garantir une équitable concurrence des produits importés sur notre territoire. Au travers des services du groupe Reclay, éco-organisme emballages dans différents pays et cabinet de conseil international représenté en France par sa filiale Valorie, nous pourrons proposer un éventail de services multi-pays et multi-filières aux acteurs internationaux  ».
L'un des objectifs principaux du nouvel intervenant sur l'échiquier de la REP emballages, est de simplifier la mise en conformité réglementaire des producteurds metteurs en marché. « Pour leurs déclarations ou pour le calcul du montant d’une juste éco-participation, Léko soutiendra en toute transparence et en priorité ses futurs clients dont les pratiques seront les plus vertueuses et l’empreinte environnementale la plus faible. Que ce soit au travers du système de bonus/malus de l’éco modulation ou en soutenant leurs efforts d’éco conception et de recherche et développement, Léko travaillera en étroit partenariat avec ses adhérents », affirme le président de l'éco-organisme qui reste fidèle à sa stratégie initiale, mise en avant lors de l’obtention de son agrément en 2017, tout en ayant opté pour une nouvelle dynamique guidée autant par sa gouvernance, que par les nouveaux enjeux de l’économie circulaire.