Tomra révise ses gammes

Spécialiste des machines de tri optique, le constructeur européen Tomra lance la cinquième génération de sa machine de tri Autosort et la dote pour l’occasion de ses derniers développements techniques. Parallèlement, il propose aussi un nouveau dispositif Speedair qui s’adresse particulièrement aux flux des produits légers. Enfin, Tomra annonce la prochaine sortie de sa première machine dotée d’un bras robotisé : l’Autosort Cybot. Autant de nouveautés destinées à accompagner les exploitants de centres de tri face à l’évolution des flux, de la réglementation et du marché des matières premières secondaires.

De fait, avec la dernière version de sa machine de tri Autosort, Tomra veut améliorer la cadence, la précision et la constance des performances de tri, même sur des matériaux complexes. Elle s’appuie pour cela sur une plus large gamme de capteurs et une solution de Big Data pour classer les objets.

La machine intègre en standard la technologie Sharp Eye, exclusivité Tomra qui améliore le tri des fractions complexes telles que la séparation des barquettes mono couche des bouteilles dans les flux PET, grâce à une meilleure efficacité lumineuse. Autre atout de l’Autosort, sa technologie de détection Flying Beam, brevetée par Tomra, qui agit sur la puissance lumineuse pour obtenir des performances plus élevées, même pour des applications complexes. "Avec le Flying Beam, chaîne de diffusion et d’acquisition des signaux, la lumière est dirigée par un miroir polygonal rotatif et projetée sur les objets situés sur le convoyeur. Ces derniers reflètent la lumière vers le module optique Sharp Eye qui assure une récupération maximale des signaux vers le spectromètre. Grâce à ce cheminement plus direct et plus efficace, l’intensité des signaux lumineux a été doublée sans augmenter la consommation énergétique. Cela abouti à une séparation plus précise des matériaux", détaille Damian Barnes, ingénieur commercial pour Tomra France, qui évoque jusqu’à 15% de performances supplémentaires sur certaines applications de tri.

Intelligence artificielle

Une acuité encore améliorée avec la nouvelle option Deep Laiser. "Ce dispositif élargit le champ d’application de la nouvelle Autosort en permettant la détection de matériaux échappant aux capteurs optiques jusqu’à une granulométrie de 4 mm", reprend Sylvain Merhand, ingénieur commercial pour Tomra France. Utilisant un capteur laser intégré dans le scanner de l’Autosort et basé sur la triangulation 3D, le Deep Laiser exploite une nouvelle série d’algorithmes de tri IOR - Reconnaissance Intelligente d’Objet - qui, combiné avec une nouvelle segmentation intelligente "Gain", améliore considérablement les performances de tri de la machine. "Les algorithmes examinent la composition matérielle de l’objet et fournissent à l’Autosort des informations plus approfondies, utilisées pour augmenter le rendement et la pureté de la fraction cible. Par exemple, quand on veut éjecter les cartouches de silicone en PE, sortir des contaminants polyester d’un flux de PET ou séparer les barquettes PET monocouche d’un flux de bouteilles", illustre Frédéric Durand, dirigeant de Tomra France. "C’est l’un des premiers systèmes deep learning entièrement intégré sur le marché du tri", insiste Sylvain Merhand, avant de noter que la nouvelle conception de l’Autosort la rend plus compacte par rapport à la version précédente. "Des composants tels que l’armoire de commande de la rampe mobile ont aussi été simplifiés et intégrés dans l’armoire principale", ajoute-t-il.

Tomra insiste aussi sur les améliorations portées à la rampe d’éjection de l’Autosort de 5ème génération. Cette rampe présente selon les applications jusqu’à 15 blocs de vannes différents. "Elle bénéficie d’une nouvelle conception mécanique qui offre jusqu’à 25% de puissance supplémentaire, et jusqu’à 15% de pression en moins pour la même qualité d’éjection. Par ailleurs, la montée en pression des électrovannes est plus rapide ce qui accentue encore la précision du tri, tant pour les matériaux lourds que pour les fines", explique Damian Barnes. "Le laps de temps entre détection et éjection peut aujourd’hui être encore réduit, chose particulièrement intéressante pour le traitement des objets roulants ou instables".

A ces nouvelles fonctionnalités, s’ajoute celles de l’interface de connexion des machines et de collecte des données en temps réel Tomra Insight. "Indépendamment ou en parallèle de la supervision de l’installation, les données des machines de tri sont analysées et compilées sous forme de tableaux et graphiques pour accompagner au quotidien les opérateurs dans leur prise de décision pour l’exploitation et la maintenance", précise Sylvain Merhand.

Stabilisation des légers

Autre nouveauté présentée par Tomra, son dispositif Autosort Speedair permet de stabiliser les matériaux légers (films plastiques, papiers…) convoyés à grande vitesse par les tapis de la machine de tri. "Le débit est amélioré d’autant, ainsi que la qualité du tri", note Damian Barnes. L’Autosort Speedair fonctionne avec des buses réglables qui envoient deux flux d’air permanents - vertical et horizontal - sur le convoyeur afin d’éviter le déplacement des matériaux. "Le système de bouclage d’air fermé a été développé avec des spécialistes dans le domaine de l’aéraulique ; il permet d’améliorer la balistique du produit à l’intérieur du caisson. Même si la vitesse des bandes transporteuses est accélérée jusqu’à son maximum, 6 m/s au lieu de 3 m/s, la qualité de tri à la sortie reste constante", insiste Damian Barnes avant de pointer la facilité des opérations de maintenance de ce système dont la conception mécanique - pas de capotage sur le convoyeur - amoindrit les probabilités de blocage et autres arrêts communs aux systèmes à grande vitesse.

La dernière innovation majeure de Tomra ne devrait pas faire son apparition sur le marché avant la fin de l’année 2020. Il s’agit bien sûr de sa première machine de tri à bras robotisé : l’Autosort Cybot. Une machine qui combine les technologies de reconnaissance proche infra-rouge et couleur, un capteur électromagnétique et de l’intelligence artificielle. "C’est le premier robot sur le marché à additionner 4 technologies : la spectroscopie dans le proche infrarouge (NIR) et la lumière visible (VIS), le deep learning (Deep Laiser) et, si nécessaire, l’induction pour la récupération des métaux ferreux et non ferreux", se félicite Frédéric Durand. "Son bras robotisé intègre un système d’aspiration pour séparer en simultané quatre fractions à partir d’un flux de matériaux, par taille, couleur et tout autre critère de tri. Avec un niveau de performances de l’ordre de 70 prises efficaces par minute, le Cybot peut accompagner les phases d’affinage à la fin des chaines de tri sur les lignes de refus par exemple". De quoi répondre à l’automatisation de plus en plus poussée des process de tri et de contrôle de qualité des flux comme le PEHD, le PET et le PP.

Tomra prépare le lancement de sa première machine de tri avec bras robotisé : le Cybot.

 

Crédits photos : Tomra

Dans la même rubrique