Papiers-Cartons : des débouchés, on n’est pas les seuls à en chercher

Le 13/11/2019 à 14:16  
Centre de tri papiers

Faute d’avoir pu (voulu ?) créer sur le territoire européen des débouchés pour des matières premières recyclées qu’une législation environnementale poussait à collecter à tout va, la Chine ayant refermé son portail, voilà l’Europe du recyclage confrontée à une crise de débouchés comme elle n’en avait pas connu depuis longtemps. Comme une difficulté n’arrive jamais seule, l’industrie papetière européenne est désormais confrontée à une crise qui mêle « joyeusement » le conjoncturel et le structurel. Conjoncturelle, parce que l’industrie papetière doit affronter un certain ralentissement d’une conjoncture économique à laquelle sa santé est intimement liée. Structurelle, car elle doit s’adapter aux évolutions de la consommation de papiers et en particulier au fléchissement de l’utilisation du papier comme support d’information. Pourra-t-on se contenter d’attendre un retournement de la conjoncture, sans risquer de provoquer de gros dégâts alors que les stocks de matières s’accumulent tout au long des circuits ? Maigre consolation, l’Europe n’est pas la seule en quête de débouchés. Cette question était au centre des débats à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue récemment à Chicago sur le recyclage des papiers et des plastiques. Car même si les États-Unis semblent bénéficier encore de quelques faveurs de la part de la Chine qui continue d’acheter quelques volumes de papiers collectés aux États-Unis, on est, de l’autre côté de l’Atlantique, confronté à une crise semblable à celle que connaît l’Europe, les mêmes causes produisant les mêmes effets.

La lecture de cet article est payante.
Pour le lire abonnez-vous ou connectez vous.

Dans la même rubrique