Pollution plastique : les producteurs de lave-linges devront laver plus blanc...

Le 17/02/2020 à 19:01  
lave-linge

Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a reçu aujourd’hui des fabricants de lave-linges afin de leur détailler la mesure de la loi anti-gaspillage qui les concerne directement visant à lutter contre la pollution plastique.

A peine promulguée, la loi anti gaspillage pour une économie circulaire, que le texte impose des réunions dans le cadre de son application. Le texte prévoit en effet, une mesure pour équiper obligatoirement les 2,7 millions de lave-linges vendus en France chaque année, de filtres à microparticules d'ici fin 2024.

Cette disposition, présentée par le Ministère comme une première mondiale, fait suite à plusieurs études scientifiques et un constat : passer ses vêtements à la machine à laver libère des microparticules de plastique dans les eaux usées, ces microplastiques étant difficiles à filtrer en totalité dans les stations d’épuration. En conséquence, on les retrouve ipso facto dans l’environnement.

Selon le ministère, à chaque cycle « ce sont jusqu’à 700 000 fibres microscopiques qui sont ainsi libérés », une quantité jugée très/trop importante quand on sait que 97% des foyers sont équipés de lave-linges en France et que chaque foyer utilise en moyenne son lave-linge plusieurs fois par semaine.

C’est pourquoi la réunion organisée ce jour au ministère a eu pour objectif d’établir une feuille de route « avec les industriels du secteur, aux côtés de porteurs de solutions et d’ONG afin de trouver les innovations technologiques, à grande échelle, pour empêcher ce phénomène.

Les fabricants de machines à laver (domestiques et industrielles) ont donc 5 ans pour mettre au point des solutions technologiques visant à intégrer des filtres efficaces à leurs chaînes de production. La feuille de route établira un calendrier des prochaines échéances pour atteindre l’objectif fixé par la loi. Ces industriels « vont devoir innover pour s'adapter à ce nouveau standard. Cette mesure place la France à l’avant-garde de la lutte contre la pollution aux microplastiques et de l'innovation pour la transition écologique. Je souhaite que tous les inventeurs et chercheurs voient notre pays comme un laboratoire de solutions à grande échelle », a insisté Brune Poirson, au sortir de la réunion.

Sylvia Baron

Dans la même rubrique