AquaCompot : le lombricompostage en pot

Le 28/05/2021 à 12:00  

Développé par une jeune pousse, L’AmiTerre, le procédé AquaCompot se propose d’étendre le lombricompostage chez les particuliers, dans les pots de leurs plantes d’appartement.

Un concept de traitement "in situ" des biodéchets qui répond tant aux objectifs de réduction de la production de déchets, qu’à des enjeux plus globaux comme la préservation des ressources en eaux, voire le recyclage des plastiques. De fait, l’AquaCompot se propose de faire pousser les plantes d’intérieur avec des épluchures. "Un dispositif commercialisé depuis décembre 2020 et qui est désormais distribué dans les jardineries Truffaut", indique Mikael Cohen, créateur de l’AquaCompot et fondateur de L’AmiTerre, avant de souligner : "Si l’AquaCompot trouve son origine dans le lombricompostage classique, il en supprime les contraintes d’entretien et les problèmes qui lui sont associés. De fait, en intégrant l’AquaCompot au pot de fleurs, la plante et le lombricomposteur s’entretiennent mutuellement pour former un écosystème unique exempt de tout entretien : l’eau contenue dans les épluchures s’écoule dans la terre et supprime l’arrosage, le compost produit constitue un apport d’engrais lent et continu, les lombrics apportent une protection naturelle à la terre et à la plante".

Les éléments de l’AquaCompot, conçus en plastique recyclé et fabriqués en France, sont garantis à vie.

L’AmiTerre explique enfin que les éléments de l’AquaCompot, conçus en plastique recyclé et fabriqués en France, sont garantis à vie. La jeune entreprise ambitionne l’équipement de plus de 17 millions de foyers (environ 75% des foyers français qui végétalisent leurs appartements), "ce qui permettrait de préserver chaque année 418 millions de litres d’eau, de traiter 69 000 tonnes de déchets organiques et de valoriser et recycler 10 000 tonnes de plastique". Pourquoi pot ?...

H. Y.

A lire également : Demeterra : le compostage in situ des biodéchets.

Dans la même rubrique